Randonnées

Les petites questions que l’on se pose avant de partir en Grande Randonnée (GR)

La semaine prochaine, nous commençons une petite partie du GR10. Ce sentier de grande randonnée est connu de par sa longue traversée des Pyrénées, en effet elle se commence généralement à Hendaye et se termine à Banyul-sur-Mer.
Il y a deux ans de ça, nous avons réalisé le GR400 en Auvergne, notre premier, autant dire que c’était quelque chose d’enrichissant, de superbe…et parfois un peu difficile (surtout pour moi), mais on a trouvé ça chouette et on a remis ça cette année !
Mais voilà, avant de partir il faut s’organiser un minimum, et plusieurs questions reviennent !

Quel itinéraire allons-nous faire ?
Pour l’itinéraire, nous avons principalement regardé sur internet, mais on a surtout acheté les cartes IGN (1245 OT, 1345 OT et 1346 OT), d’ailleurs pour le GR10 des Pyrénées il faut compter beaucoup de cartes…L’avantage du GR10 c’est qu’il va tout droit (ou presque) 🙂

Combien de temps ?

Pour cet itinéraire nous avons prévu 5 jours (pas le choix, Monsieur doit-être rentré et repartir ensuite pour le Mont-Blanc), le départ se fera naturellement à Hendaye et nous terminerons par Saint-Jean-Pied-de-Port. De toute façon, cette partie du GR ne se situe pas en Haute-Montagne donc on pense marcher assez vite, le temps dépendra du rythme que vous entreprenez, si vous souhaitez prendre le temps de visiter les villes étapes où vous arrêter un jour ou deux en cas de mauvais temps. Je me souviens, lors de notre GR400 nous avons passé une journée au camping, le temps était trop mauvais mais c’était également un moyen de prendre du repos car je commençais à ressentir des douleurs aux genoux. Bref, le temps c’est vous qui le fixé, tout dépend de vos objectifs.
Se préparer pour un GR

On la laisse où la voiture  ?

Nous avons prévu de laisser notre voiture à Hendaye, probablement à la gare et de revenir en train de Saint-Jean-Pied-de-Port. Lors du GR400 nous avions fait la même chose, nous n’étions pas vraiment rassurés de laisser la voiture là, surtout dans une ville que l’on ne connaît pas, mais au final beaucoup de randonneurs font ça, c’est certainement la chose la plus sûre, et si vous n’êtes vraiment pas rassuré, vous pouvez prévenir la gendarmerie. C’est ce que l’on compte faire pour Hendaye, elle reste tout de même une ville assez grande avec pas mal de passage, mieux vaut prévenir !

On dors où ?

Nous avons décidé de passer les nuits en camping, c’est surtout moi qui le souhaitais enfaite, vous pouvez bien sûr bivouaquer à la belle étoile au milieu des champs, mais je trouve ça plus sympa de se poser et de s’offrir le luxe d’une douche, de vrai WC (quoi-que cela dépend des campings), voire même s’offrir un bon petit déjeuné…et pourquoi pas rencontrer d’autres randonneurs ! Vous pouvez également choisir de dormir dans un gîte ou refuge, mais cela coûte un peu plus cher et il faut souvent réserver à l’avance.
Attention tout de même pour ceux qui souhaitent faire du bivouaque « sauvage » comme on dit, il faut vérifier si cela est autorisé, je prend l’exemple du GR20 en Corse où cela n’est pas vraiment possible. Surtout, prévoir de l’argent liquide si vous souhaitez passer la nuit en camping/gîte/refuge.
Se préparer pour un GR

On va se ravitailler comment ?

Voilà la question qui me pose problème, je suis assez vigilante mais surtout prévenante, je n’ai pas encore l’âme de la montagnarde ! 
La nourriture : Alors soit vous êtes prévoyant et avez une réserve qui pourrait être composée de :
 – sachets de thé ou lait en poudre pour le petit déjeuné;
 – du muesli ou autres céréales pour le petit déjeuné;
 – les petits sachets de nouilles chinoises déshydraté ou de blé ou de semoule (type Typiac) pour les  repas du midi et du soir;
 –  de la viande sèche (saucissons) pour accompagner vos merveilleux repas;
Soit vous trouvez de quoi vous ravitailler lorsque vous arrivez dans une ville, ou vous mangez et dormez tout les soirs en gîte, ou alors vous faites comme certains randonneurs que nous avons rencontré il y a deux ans, qui ont choisi de faire la quête lorsqu’ils croisaient du monde, cela peut être une bonne expérience me direz-vous, mais beaucoup moins sûr !
L’eau : Encore plus existentielle pour moi qui bois énormément en randonnée ! Nous avons prévu un Camelbak de 2L chacun que l’on pourra remplir tous les soirs au camping/gîte, sinon dans les petits villages qui généralement sont souvent dotés d’une fontaine à eau potable, chez l’habitant si vous êtes audacieux, et si vous êtes vraiment en galère dans une rivière, lac, étang, dont là, la pastille de purification sera nécessaire !

On met quoi dans le sac ?

Le but sera tout de même de partir le plus léger possible, alors on évite de se trimballer avec toute sa garde-robe ! Lors du GR400 je suis partie avec seulement deux tee-shirts, un pantalon de rechange, une deuxième paire de chaussette et deux culottes…Et encore c’est plutôt pas mal, certains partent avec beaucoup moins. Ensuite avec Monsieur nous nous sommes réparti les charges principalement pour la nourriture (bon il avait le plus lourd), on évite la tente Queshua 2sec qui pèse trois tonnes pour quelque chose de plus léger, mais je ne vais pas m’attarder là-dessus, j’ai crée un article spécial (en cours) 😉 retener juste :  partir léger !
Se préparer pour un GR
Il y a sans doutes tout plein de questions que l’on pourrait se poser, mais pour moi celles-ci restent les premières qui généralement nous viennent à l’esprit.
  1. (re)Bienvenue sur la blog, c'est un plaisir de te lire de nouveau!
    J'adore la randonnée mais je ne suis jamais partie plus d'une journée (et en serais-je capable?)! Voilà un superbe projet, vivement tes photos (tu inclus l'appareil photo dans tes bagages?). Biz!

Répondre

Ne pas reproduire sans autorisation - Mentions Légales