Cette étape est une des plus belles que l’on ait réalisée peut-être parce que le temps s’y prêté t’il ? Que les gypaètes barbues se sont données en spectacle ? Ou bien que les isards ont bien voulu sortir ? Je n’en sais rien, mais nous ne regrettons pas d’avoir passé une demi-journée au gîte, nous n’aurions probablement rien pu voir de telle ce jour-là. J’espère pouvoir revivre un moment comme telle, parce que c’est ce qui apporte un brin de magie à cette vie.

Ce matin-là nous sommes encore les premiers à partir. Nous savons très bien que si nous voulons nous reposer un maximum le soir et pouvoir profiter, il faut partir tôt.

Il fait un peu froid mais peu à peu le soleil se lève et déjà un magnifique spectacle s’offre à nous : un levé de soleil au dessus d’une mer de nuage. La douce couleur orangé du soleil vient chatouiller nos visages mais aussi le pic d’Anie, il est tellement majestueux. Après avoir déjeuné et préparé nos affaires, nous entamons cette avant dernière journée…elle sonne déjà la fin de cette aventure.

Levé du soleil à la Pierre St Martin

Le Pic d'Anie, la Pierre St Martin

Le Pic d’Anie, la Pierre St Martin

Nous marchons un long moment sur ce qui semble être des pistes de ski. Une fois de l’autre côté de la montagne, le décor se fait plus sauvage, la roche de type calcaire est très présente dans cette vallée, ce qui demande un peu plus de vigilance.

Gr10 Direction le cirque de l'Escun

Gr10 Direction le cirque de l'Escun

Au loin, les marmottes nous ont repérés et nous signalent par leur petit cris aigu, nous n’en verrons pas une à l’horizon.

L’on descend vers une barrière de ski avant de quitter définitivement les quelques traces de civilisations. Nous n’entendons que nos pas et le vent résonner dans cette vallée étendues.

Anthony me fait signe, derrière nous un, deux, trois, non cinq ? Une famille d’isard qui nous ont repérés depuis un moment prennent la fuite en se dirigeant vers le bas des sommets. Leurs agilités et sans égales, ils sont dans leur territoires, ils ont domptés la montagne. La vitesse à laquelle ils se déplacent est impressionnante…Les isards ne courent pas,  ils survolent la montagne.

Isard près du pas de l'osque

Nous atteignons avec un peu de difficultés le rocher de l’Osque, en faite, nous avions perdu la trace du GR, il faut rester assez haut pour le contourner. Arrivé au pied du Pas de l’Osque il faut maintenant l’escalader, il y a une petite corde pour les moins rassurées, mais le mieux c’est d’y aller avec les mains (sans regarder derrière).

Une fois de l’autre côté c’est un tout autre paysage…

Après le Pas de l'osque

Falaise des orgues de Camplong, GR10

Falaise des orgues de Camplong

Une ombre vole au-dessus de nos têtes, un gypaète barbu. Celui-ci exécute de grands tours tout en poussant son cri strident . Derrière lui, le pic du Midi d’Ossau, on le reconnaît de sa forme.

Vu sur le Pic du Midi d'Ossau

Nous continuons quelques mètres sur cette vallée le long des falaises des Orgues de Camplong avant d’arriver sur le Cirque de L’escun.

Cirque de l'Escun, GR10

Cirque de l'Escun, GR10

Le GR continue sur une longue descente où nous y croiseront deux cabanes, un grand nombre de randonneurs et un parking rempli de chevaux (oui oui oui).

Lorsque nous arrivons au petit village de l’Escun, nous tombons sous le charme, il semble tellement paisible, là niché au creux de ce magnifique cirque, les montagnes plus majestueuse que jamais.

Cirque de Lescun

Lescun

Cirque de L'escun

Cirque de Lescun, GR10

Nous profitons d’ailleurs pour nous y ravitailler avant de continuer notre chemin jusqu’au camping de l’Hers à quelques kilomètres de Lescun.


Informations pratiques

  • Randonnée : ≈25km
  • Dénivelé :≈800D+ / 1000D-
  • Note : Levé les yeux, vous aurez peut-être la chance de croisé des gypaètes barbues près des falaise des Orgues de Camplong. Possibilité de se ravitailler à Lescun. Nous avons passé la nuit au Gîte-/Camping de l’Hers, qui sert aussi d’air pour Camping Car, très sympa et nickel.