Lifestyle

Parenthèse

Ces derniers temps j’ai l’impression que ma vie tourne autour du travail, mais Dieu merci j’ai découvert le vélo. Aujourd’hui il est bien plus qu’une passion. Même si je ne pratique pas autant que certain(e)s, il est clair que cela a changé ma vie, mais aussi ma manière de voir les choses.

En repensant à ce que j’ai vécu ces derniers mois à travers le vélo, je comprends très vite comment le vélo peut faire changer les choses, si je me sens aujourd’hui autant impliqué c’est parce que j’ai eu la chance de rencontrer sur mon chemin des personnes passionnées qui partageaient des valeurs humaines qui me correspondent. Je pense notamment à l’association Ka Cycling qui tente de rendre la pratique accessible à toutes. Dans une société ou les femmes ne sont pas toujours mises en avant, et bien ils réussissent très bien leur objectif. Je reprendrais une phrase qu’avait dit Tamara à un homme qui nous avait demandé lors d’une cyclosportive si on réalisait le parcours organisé pour les femme, elle a alors répondu « Non, on roule ensemble, sur le vélo homme ou femme nous sommes tous cyclistes ».

Dans la salle des illustres (Toulouse) , lors du rassemblement 100 femmes à vélo le mardi 16 juillet, sur les traces de la 11e étapes du Tour de France 2019

J’ai réalisé mon premier col de montagne, le col d’Aspin dans les Pyrénées c’était dans le cadre d’un évènement, là aussi une association qui avait pour but d’aider des femmes qui n’avaient jamais fait de sport ou alors s’étaient arrêtées pour X raisons. J’ai gravi le col avec quelques-unes de ces femmes, Les Roses des Pyrénées et du Quebec, je me suis sentie tellement concernée. Moi l’ancienne sportive par intérim. En gravissant le col d’Aspin, ces femmes sont devenues de vraies guerrières. Peut-être que pour certaines, la vie sera plus légère, les difficultées ne seront pas si insurmontables que ça. Avec de la volonté et de la détermination…je crois.

Les Roses au sommet du Col d’Aspin (mai 2019)

Lorsque le tour de France est passé à travers Bagatelle, j’ai été tellement heureuse ! J’ai grandi en HLM dans un petit quartier toulousain, les gosses ont toujours la tête pleine de rêves , et ce jour-là, ça en a fait rêver plus d’un(e) (Média Pitchounes).

Enfin, tout ça pour dire que le sport ce n’est pas juste courir après une victoire, parce qu’il y a tellement de choses qui se passent autour, on a parfois tendance à l’oublier.

Cette années, j’ai suivie, le tour de France avec beaucoup d’intérêt,  pour moi il est souvent synonyme de joie, parce qu’il commence toujours pendant les grandes vacances d’été, il est très festif, il nous fait voyager et surtout, il nous fait rêver. Propos sans doute enfantin, mais je me sens comme une enfant.

Des souvenirs plein les yeux, des rêves plein la tête. Je n’aurais pensé une seule fois que le cyclisme me procurerait autant d’émotion. Je ne regrette qu’une chose, celui de ne pas l’avoir  découvert plus tôt. Aujourd’hui je suis triste c’est bête, mais le Tour de France se termine. Une page se tourne laissant derrière elle le rêve, l’espoir et je dois l’avouer son p’tit coup de blues. Quelle folie !

Qui l’eût cru, moi ? Je ne me suis jamais réellement sentie concerné. Même si je croyais comprendre au fond je sais que je n’y comprenais rien. Aujourd’hui je comprends réellement le sens du mot sport, je comprends réellement toutes les valeurs qui lui sont associées. Je comprends alors pourquoi il réussit a accomplir bien des choses. Je prends conscience de toutes les valeurs humaines qu’il réunit. Je crois très sincèrement que l’on peut accomplir, changer les choses à travers le sport, pour le coup, c’est clair, le vélo en fait parti !

Voir cette publication sur Instagram

Sur le parcours de la #mountagnole, Ariégeoises 2019...comment dire ? Ça a été hyper difficile, honnêtement je n'aurais pas pensé que la chaleur se ferait autant ressentir en montagne et pourtant...C'était ma première #ariegeoise et pour le coup je ne suis pas prête de l'oublier. Je pense que je ne serais pas la seule, un homme y a perdu la vie. C'est toujours un peu compliqué...Nous étions déjà engagé quand la course a été annulée. Il fallait bien rentrer. Le parcours entre Massat et le Port de Lers a été infernal pour beaucoup de cyclistes. On s'est souvent croisé et arrêté à l'ombre d'un arbre, il y avait une très belle ambiance sur ce dernier peloton, solidarité, partage et convivialité malgré la tournure de la course. Merci à ces cyclistes croisé en cours de route, merci à Tamara et à la belle famille. Ce sommet n'aurait pas eu le même goût. Je réalise seulement maintenant les efforts et le mentale qu'il a fallu fournir ! C'est aussi ça le vélo 🚵🏽‍♀️🚵‍♀️ . . #ariegeoise#ariege_ig#ariegeoise2019#ariege#cycling#mountain#mountain_lover#mountains#nature#picoftheday#pictures#lecyclismeaufeminin#womenscycling#occitanie#pyrenees#portdelers#kacycling#landscape_captures#landscape#cyclegirl#igerscycling#instadayli#picoftheday#pictures

Une publication partagée par Mélissa (@ilfautbiencommencer) le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne pas reproduire sans autorisation by